Les symboles du Taj Mahal


Certes, le Taj Mahal est d'une beauté renversante, mais cette réussite ne doit rien au hasard, la proportion des bâtiments, leurs dispositions, le choix des matériaux, rien de tout ça n'est laissé au hasard. Bien mieux : Non seulement tout a été étudié pour parvenir à cette réussite, mais le Taj Mahal regorge de symboles, à commencer par la disposition des lieux eux-mêmes, c'est dire les qualités d'analyse qu'il a fallut aux concepteurs pour parvenir à ce résultat.

Pour qui s'intéresse un minimum à la symbolique dans l'art, et plus particulièrement l'art musulman, les symboles du Taj Mahal sont évidents. Tout d'abord, intéressons-nous aux études qui ont été faites sur la symbolique du Taj Mahal.


Jusqu'au XXe siècle : Un symbole d'amour

Jusqu'au milieu du XXe siècle le Taj Mahal n'a pas vraiment été étudié. Il existe bien des documents, parfois de véritables études sur le monument, mais aucune ne parvient à des conclusions qui seraient de nos jours acceptables définitivement, si tant est que l'on puisse parler de résultats définitifs en histoire de l'art.

Le Taj Mahal

Le Taj Mahal

La vision précédent l'époque moderne était celle d'un Taj Mahal symbolisant l'amour, un symbole qui est encore de nos jours largement utilisés. En effet l'histoire nous a légué l'explication concernant la construction du Taj Mahal, à savoir qu'il s'agit de la tombe de Mumtaz Mahal, la 3e épouse du 5e empereur moghol Shah Jahan. Ce dernier fit construire "le plus beau des tombeaux" pour sa femme morte lors de l'accouchement de son 14e enfant. Il s'agit d'un fait historique, il est possible de suivre les lieux du décès de Mumtaz Mahal, son enterrement temporaire le temps de la construction du tombeau, puis son enterrement définitif sur place.

Quand on voit de nos jours la beauté du Taj Mahal on imagine la profondeur de l'amour que l'empereur portait à sa femme, et c'est donc tout naturellement que le Taj Mahal fut le symbole de l'amour. C'est cette vision qui prévalait jusqu'à la fin du XXe siècle, lorsque des historiens se penchèrent un peu plus sur le monument et y découvrirent une symbolique tout autre.


Fin du XXe siècle : Une représentation du Paradis

Les études plus récentes changèrent le point de vue des historiens. Désormais, le monument n'est plus un simple symbole d'amour mais une représentation du Paradis associée à la notion de Jugement dernier. On doit cette vision à Wayne Ernest Begley, qui publia une étude approfondie sur le sujet et qui sert de base aux textes ci-dessous.

Le Taj Mahal pris dans son ensemble, c'est à dire en incluant les murailles, les bâtiments Sud, les jardins et la terrasse, correspond à une unité physique représentant un message symbolique unique. On ne peut donc pas exclure un des bâtiments sans compromettre le message symbolique. De même, la transformation d'un des éléments qui constitue le Taj Mahal a forcément une répercution sur le symbole qu'il représente, aussi petite que soit cette modification (par exemple, un changement de matériau ou une modification de l'agencement des jardins).

Certaines caractéristiques sont plus importantes que d'autres. Les principales sont :

  • l'utilisation de la symétrie,
  • la disposition des bâtiments sur une grille,
  • les décorations,
  • l'ordonnancement des matériaux en fonction de leurs couleurs,

Si des textes contemporains de la création du Taj Mahal le précisent, c'est essentiellement les travaux de Begley qui le confirme : Les plans du monument ont été fait par rapport à la "Plaine de l’Assemblée", le lieu eschatologique du Jugement dernier. Rappelons que l'escahatologie est l'ensemble de doctrines et de croyances portant sur le sort ultime de l'homme après sa mort (eschatologie individuelle) et sur celui de l'univers après sa disparition (eschatologie universelle). La disposition des bâtiments répond de manière troublante à cette plaine qui est décrite dans le manuscrits des Illuminations de la Mecque d’Ibn Arabi dont voici un schéma :

Schéma de la plaine de l'Assemblée

La Plaine de l'Assemblée, sensée être en place le jour du Jugement dernier est une zone rectangulaire entourée à droite et à gauche de 2 rangées d’anges et en bas de 3 rangées que l'on peut voir comme les limites des jardins du Taj Mahal. Le Trône de Dieu, qui est selon l'Islam porté par 8 anges, est sur la partie haute, il est représenté par une étoile à 8 branches qui est à rapprocher de l'octogone du mausolée. Il est flanqué des 4 justes (La mosquée et le pavillon des invités) et, juste au dessous, par l'Ange Gabriel. Le bassin central de la plaine de l'Assemblée est à proximité du lieu où se trouve le Prophète qui utilise la balance pesant les âmes des défunts. Le Paradis et l'Enfer sont l'équivalents les jardins, au Taj Mahal. Il y a donc une adéquation, certes imparfaite, entre la disposition interne du Taj Mahal et la représentation spirituelle qui est faite de l'au-delà selon la religion musulmane. La différence principale tient dans le fait que les jardins du Taj Mahal sont une représentation du Paradis uniquement, alors que le document eschatologique présente à droite le Paradis et à gauche l'Enfer, avec le pont permettant aux âmes justes de traverser l'Enfer pour accéder au Paradis.

On peut noter que la religion chrétienne possède un lieu similaire, l'entrée du Paradis, qui est sensé accueillir les défunts pour la pesée des âmes et leurs redirections vers le Paradis ou l'Enfer par Saint Pierre, premier des apôtres.

Le cheminement spirituel

Le Taj Mahal est divisé en 4 parties, toutes alignées du Sud au Nord. Chaque passage de l'une à l'autre correspond à un passage symbolique, du plus terrestre au plus céleste. Ainsi la partie la plus au Sud est le caravansérail, un vaste espace carré hélas aujourd'hui disparu (Il a été rattrapé par l'urbanisation d'Agra) qui accueillait un marché et où arrivait les caravanes venant d'autres villes. C'était un lieu de rencontre, d'échanges commerciaux et culturels, un lieu consacré à la vie terrestre sans aucune allusion à la spiritualité. Plus au Nord se trouve la cour intérieure, nommé Jilaukhana, qui est un lieu de préparation à la vie spirituelle. Symboliquement il s'agit du lieu où les personnes venant de l'extérieur se prépare à entrer dans les endroits les plus saints du monument, un endroit où se trouvent les tombes des deux premières épouses de l'empereur Shah Jahan et où résidaient les officiant religieux, à l'époque. Puis, plus au Nord, le visiteur passe sous la porte principale, la Darwaza-i rauza. Cette porte (En fait, un véritable bâtiment très impressionnant) correspond au passage de la vie terreste à la vie spirituelle puisqu'elle permet d'entrer au Paradis, représenté sur Terre par un jardin. Ce dernier répond à un ordonnancement expliqué ci-dessous. Enfin, tout au Nord, on trouve le mausolée, la partie la plus sacrée du Taj Mahal. Il est veillé par une mosquée et le pavillon des invités, un édifice similaire à la mosquée mais non consacré car il n'est pas orienté dans la bonne direction.

Ce cheminement a été très étudié par les constructeurs et cette représentation du Paradis est avérée par un grand nombre d'éléments.

Présence du chiffre 4

Dans tout le Taj Mahal le nombre 4 est représenté un peu partout, il s'agit d'un nombre courant dans le Coran. Il divise en parties égales, possède plusieurs représentations géométriques et est associés à la logique, la rigueur, autant de caractéristiques recherchées par les bâtisseurs moghols. Ce sont les 4 canaux les plus évidents, ils divisent le jardin en 4 parties, elles-mêmes divisées en 4. Le jardin est un carré parfait, tout comme le bassin central. Le mausolée est flanqué de 4 minarets, son toit à 4 dômes entourant le dôme principal et il a la forme d'un octogone, avec 4 grands côtés et 4 petits.

Le jardin, une représentation du Paradis

Le jardin se compose de deux longs canaux orientés suivant les points cardinaux, ils forment une croix. Au centre de la croix, les canaux ne se joignent pas, le centre étant occupé par un bassin carré. Les 4 canaux symbolisent les 4 fleuves du Paradis selon les musulmans, à savoir le fleuve de l'eau, celui du lait, celui du vin et celui du miel. Cette description est faite dans la sourate 47, verset 15 du Coran. Géométriquement les 4 canaux divisent le jardin en 4 parties égales, il s'agit d'une autre représentation coranique, celle de la sourate 55, versets 46 à 50 et 62 à 66 : Les 4 jardins du Paradis. Le bassin central, lui, est une représentation de la possibilité pour le défunt de se rafraichir.

L'élévation du mausolée

Comme chacune des 3 religions du Livre, l'Islam évoque l'ascension des âmes au Paradis. On retrouve donc au Taj Mahal cette notion d'ascension, et c'est probablement la notion religieuse la plus partagée avec le catholicisme et le judaïsme.

L'élévation du Mausolée

L'élévation du Mausolée

On la trouve à plusieurs endroits : La forme du dôme, l'élévation des minarets, et la position de la terrasse.

La terrasse est accessible par un escalier dissimulé, lorsqu'on la regarde de l'entrée du monument. Si bien que de loin, le mausolée semble flotter dans les airs sans contraintes. Comme son architecture est d'une grande légèreté cette sensation de flottement est accentuée. De plus le mausolée est surmonté d'un dôme bulbeux caractéristiques de l'art moghol, le dôme pointe vers le ciel et agrandit encore plus l'élévation du mausolée. Le ce que ne voit pas forcément le visiteur c'est la symbolique qui est attaché aux formes : Le mausolée, octogonal, est sur une base carrée, une forme géométrique associée à la terre. Il faut savoir que selon les musulmans, on parle non pas d'un mais de 8 paradis. Le rapprochement est facile entre ces 8 paradis et l'octogone du mausolée, et on a ainsi une chaine : Carré vers octogone vers dôme, ce qui symboliquement représente le passage de la terre vers le Paradis. Selon le Coran, quatre anges soutiennent le Trône divin, et ils seront huit le jour du Jugement (sourate 69, verset 17).

Les 4 minarets sont une allusion directe à l'ascension des âmes vers le ciel. Ils entourent le mausolée dont le dôme a la même fonction et semblent l'aider, lui faire le passage vers le Paradis céleste. En ça leurs finesses est un atout, ils contrebalancent le mausolée, beaucoup plus massif quoi qu'assez aérien pour un tel volume.

Enfin le dôme a une fonction évidente de représentation de l'ascension de l'âme des défunts vers le Paradis.

Le lotus inversé

Le lotus est une fleur symbolique issue de la tradition hindoue, elle est l'un des éléments prouvant la mixité de culture des moghols.

Dans l'imaginaire hindou elle représente la connaissance, l'ouverture sur le monde et de façon plus spirituelle l'élargissement uniforme et continuel du l'univers. C'est dû à sa capacité de déploiement lorsqu'elle est dans l'eau, les hindous estimant qu'elle a la possibilité de s'ouvrir au monde pour peut qu'elle soit dans un environnement propice, une métaphore de la vie terrestre.

Les matériaux, les couleurs

Les matériaux utilisés pour construire le Taj Mahal ne sont pas neutres, ils ont été certes dictés par des contraintes pratiques, mais pas seulement. Ainsi le marbre blanc a été utilisé pour mettre en avant la luminosité du mausolée. D'une bonne blancheur, le mausolée apparait toujours illuminé quelle que soit la qualité ou la couleur de la lumière. Dans le Coran on parle de "perle de Paradis" pour évoquer des lieux saints. Une perle de Paradis peut être, logiquement, revêtu de blanc accentuant la transparence du lieu. Cette blancheur éclatante à tout moment de la journée n'est jamais interrompu dans des jeux d'ombres car les iwans (porches d'inspiration persanes creusés tout autour du mausolée) sont larges, hauts et peu profonds, les ombres pouvant s'y former n'altèrent pas l'éclat du monument.

De plus les couleurs que procurent le Soleil du matin ou du soir, en fonction de l'environnement climatique, laisse le mausolée tout aussi lumineux. Les musulmans peuvent alors le comparer à ce qui est inscrit au verset 35 de la 24e sourate "lumière des cieux et de la terre".

La couleur des matériaux est également importante pour la symbolique hindoue. Le Taj Mahal est essentiellement blanc et rouge (blanc du marbre, rouge du grés). Dans la civilisation hindoue le rouge est la couleur des guerriers alors que le blanc est celle des Brahmanes. Les Brahmanes sont des hommes lettrés, des enseignants ou des prêtres. utiliser les couleurs rouges et blanches revient donc, vis à vis de la communauté hindoue, à mettre en avant la dualité Terre-Ciel en évoquant leurs représentants sur Terre.

Les décorations florales

Le mausolée est recouvert de décorations florales ou végétales qui sont de deux types : Soit en Pietra dura (C'est à dire en marquetterie de pierre), soit en bas relief. L'utilisation du bas-relief plutôt que du haut-relief (dont le relief est plus accentué) se justifie par la limitation du jeu d'ombres qu'il va provoquer sur le monument lui-même, le but étant de laisser le mausolée le plus ensoleillé possible.

Décoration du Taj Mahal

Décoration du Taj Mahal

Pourquoi des fleurs et des végétaux, et pas des représentations animales ou humaines ? La aussi la réponse est purement symbolique. Dans l'Islam, toute représentation humaine est prohibée, il n'y en a donc pas. Ensuite, les végétaux représentent le bien-être car l'Islam s'est développé dans des régions arides, l'eau, les plantes étaient donc des bien précieux et comme tout ce qui est précieux s'associe logiquement à l'au-delà, les plantes se retrouvent en bonne place dans la liste des éléments divins. D'ailleurs le jardin est une représentation du Paradis, c'est totalement en lien avec la représentation de plantes sur le mausolée, ces plantes évoquant alors la vie paradisiaque éternelle. Les fleurs ont encore plus cette notion de plantes paradisiaque puisqu'elles n'ont pas de vocations terrestres, les fruits, eux, étant nouriciers ils sont plus proches de la vie terrestre.

Les décorations florales participent donc à la représentation du Paradis qu'est le Taj Mahal.

La géométrie du mausolée

Le mausolée comporte, extérieurement, diverses notions symboliques : Couleur blanche éclatante, forme octogonale rappelant les 8 paradis, dôme tendant vers le Ciel. Mais son intérieur est également symbolique. L'accès à la pièce centrale contenant les cénotaphes ne peut se faire qu'en passant par des anti-chambres correspondant à une dernière purification de l'âme avant l'arrivée au plus saint des endroits du Taj Mahal. Ce passage est identique à ce qui peut être fait lors de l'entrée du visiteur dans les jardins. La pièce centrale, octogonale également, possède 4 passages ouvrant sur les 4 points cardinaux. L'orientation parfaite du mausolée est à rapprocher de la vision du Paradis des Moghols, qui l'axaient sur la précision géométrique. Ainsi, dans le mausolée, la notion d'espace se perd puisque tout est parfaitement identique, le visiteur se trouvant dans un lieu sans repère spatial, ce qui augmente son impression d'être au Paradis.

L'acoustique exceptionnelle du mausolée est également un symbole de pureté. Le son s'y propage en rebondissant sur les parois sans être arrêtés, réfléchi jusqu'à la perte de puissance qui marque sa fin. Il peut tenir 30 secondes.

La proximité de la Yamuna

La Yamuna

La Yamuna

La rivière Yamuna qui traverse la ville d'Agra passe juste au Nord du complexe. Cette rivière est un affluent du Gange qui est le cours d'eau purificateur des hindous. C'est dans le Gange que l'on disperse les cendres des hindous car le fleuve est ce qui va purifier l'âme du défunt avant la suite de son parcours vers le ciel. La proximité de l'affluent du Gange avec le Taj Mahal est donc un symbole de la volonté des Moghols de purifier l'âme de la défunte Mumtaz Mahal, et ça vis à vis de la communauté hindoue plutôt que musulmane. Pour information selon l'hindouïsme le Gange est un fleuve sacré sortant du pied de Vishnu et rejoingnant le mont Meru qui est la montagne cosmique, l'axe de l’univers.


Conclusion

En conclusion on peut dire que le Taj Mahal a été construit selon des normes imposées par des impératifs religieux centrés sur la notion de vie après la mort. Si l'Islam est la principale source d'inspiration, l'hindouïsme n'a pas été oublié avec, par exemple, l'utilisation de décorations en pierre et la purification de l'âme par la Yamuna.



Voir aussi :

. Histoire du Taj Mahal

. Musée du Taj Mahal





Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes.