Histoire de l'art


L'histoire de l'art est une matière scolaire enseignée à divers degrés dans l'Education Nationale. On la trouve essentiellement au secondaire, mais c'est aussi une matière des études supérieures et parfois du primaire. Son rôle consiste à étudier des oeuvres artistiques d'un point de vue objectif tout autant que critique en les replaçant dans leurs contextes géographiques, historiques, sociaux et environnementaux. L'aspect symbolique compte pour une grande part dans ces études. D'un point de vue plus pratique, l'histoire de l'art met en avant les artistes, leurs vies, leurs opinions pour faire ressortir la façon dont ces derniers sont mis en avant à travers les oeuvres. Elle explique également l'impact d'une oeuvre sur le public dans un contexte culturel, démographique ou religieux.

Le mausolée du Taj Mahal

Le mausolée du Taj Mahal

La taj Mahal est une oeuvre d'art, tout comme peuvent l'être des peintures, des sculptures ou des pièces de théâtre. Oeuvre de type architectural, il est régulièrement au programme de la plupart des cursus. La suite de cette page fournie des explications sur sa construction, ses origines, sa symbolique et la vision du public à son propos.

Mais avant d'aller plus loin, il faut distinguer les cursus car l'Education Nationale n'attend pas la même connaissance de la part des élèves en fonction des niveaux. Cliquez sur votre niveau.


Ce qui différencie les niveaux en cours d'histoire de l'art n'est pas le nombre d'oeuvres étudiées ni leurs qualités mais le profondeur avec laquelle les apprenants ont besoin de ressortir leurs savoirs. Ca signifie que le mécanisme d'apprentissage est le même, quelle que soit le niveau de l'élève. Donc au primaire il faut répondre de la même façon que pour les cours de niveau supérieur, mais en allégeant bien sûr les réponses. D'ailleurs quand on dit "niveau primaire", on devrait plutôt dire "cycle 2", du CM1 à la 6e. C'est à cet âge que les élèves sont le plus apte à faire ce genre de travail, lorsqu'ils sont jeunes.

Ce qu'on attend de l'histoire de l'art, c'est une analyse des formes, des techniques, des significations et des usages propre à l'oeuvre étudiée. En ce qui concerne le Taj Mahal un élève de primaire peut répondre de façon factuelle à quelques questions, c'est généralement ce qui est fait en cours, mais si il doit produire lui-même un texte sur le monument, il devra se baser sur ces 4 éléments de travail.


Mais avant tout il faut donc commencer par quelques informations simples, pour situer le monument.

Le Taj Mahal est un site indien qui se trouve dans la ville d'Agra, une ville au Sud-Ouest de la capitale New Delhi. C'est la tombe de Mumtaz Mahal et de son mari l'empereur Shah Jahan, un empereur qui a gouverné sur un territoire grand comme l'Inde au XVIe siècle. Quand sa femme Mumtazest morte l'empereur lui a fait construire le plus beau des mausolées pour qu'elle puisse passer l'éternité en paix. Quand, beaucoup plus tard, il est mort, son fils l'a enterré à côté de son épouse. Le Taj Mahal est donc une tombe, avant tout. Il a été construit entre 1631 et 1653 par Ustad Ahmad Lahauri. De nos jours il est inscrit au patrimoine mondial de l'humanité. C'est le monument le plus connu d'Inde.


Puis, il faut faire une analyse des formes, qui peut être exprimée ainsi.

Il s'agit d'un ensemble de bâtiments et de jardins entourés de haut murs découpés en trois parties. Au Sud, il y a une cours intérieure et quatre petits jardins menant à 4 bâtiments. On y trouve un bureau d'informations et ce qu'il faut pour visiter le site touristique. Plus au Nord il y a les jardins qui sont parfaitement réguliers, en forme de carré. Il y en a 4, séparés par des canaux très longs au se rejoignant au centre. L'endroit où ils se rejoignent a une fontaine. Enfin au Nord se trouve les trois bâtiments les plus importants du Taj Mahal : La mosquée, dans laquelle se retrouvent les musulmans pour prier, le pavillon des invités, qui n'est là que pour la symétrie (Il est parfaitement identique à la mosquée) et au milieu le bâtiment principal, le mausolée.

Le mausolée est le bâtiment le plus connu d'Inde, c'est à lui qu'on pense quand on parle du Taj Mahal. Il s'agit d'un bâtiment blanc décoré de fleurs. Il est octogonal, il a quatre grandes faces et 4 petites. Les grandes faces ont un porche très large et mène à l'intérieur. Dedans, il y a plusieurs pièces dont une principale qui a deux tombes. Le bâtiment est surmonté d'un dôme en forme de bulbe et le mausolée est accompagné de 4 minarets, de sorte de grandes tours rondes et fines.

Cette description amène naturellement sur l'analyse des techniques.

Le Taj Mahal a été construit entre 1631 et 1653. La construction a été dirigé par Ustad Ahmad Lahauri. La plupart des bâtiments sont construits en grés rouge, une pierre qui peut être très dure faite de sable compressé. Le mausolée est entièrement recouvert de plaques de marbre. La construction a été faite avec des techniques assez simples, sans particularités. Le plus intéressant, ce sont les décors, très nombreux, que l'on trouve un peu partout. Il y a deux sortes de décors, ceux faits en bas relief et ceux faits en pietra dura. Le bas relief consiste à graver des motifs (des fleurs, essentiellement) sur les plaques de marbre alors que la pietra dura, c'est un puzzle fait en pierres. Les artistes ont utilisé des pierres précieuses ou pas avec des couleurs vives.

Ensuite il faut se poser la question de la signification du Taj Mahal.

Prise à part, ce serait une étrange question que de se demander la signification du Taj Mahal. Mais ici, on peut avancer l'idée que la Taj Mahal représente un passage de la vie terrestre au Paradis. Le Taj Mahal est divisé en trois partie. La première, à l'entrée, c'est une cour avec des anciens mausolées. La cour représente une antichambre entre la vie de tous les jours, c'est à dire tout ce qu'il y a à l'extérieur du monument, et la vie de l'au-delà. Entre la cour et les jardins, il y a une grande porte par laquelle on doit passer pour arriver aux jardins, qui sont une représentation du Paradis. A l'époque de la construction du Taj Mahal, du XVIe siècle, un jardin était vu comme quelque chose de positif, de rare. Seul les plus riches pouvaient en avoir un, il représentait ce qu'il y a de mieux, et c'est devenu un symbole du Paradis. Enfin la troisième partie du Taj Mahal est la partie la plus sacrée. Il y a le mausolée, la mosquée et le pavillon des invités. Les constructeurs du mausolée ont voulus que cette partie soit la partie la plus sacrée du Paradis, le meilleur du meilleur. Le Taj Mahal a donc une signification simple, il s'agit d'un passage de la vie de tous les jours à la vie spirituelle, qu'il y a dans l'au-delà.

Enfin arrive la 4e partie, celle sur l'usage

L'usage d'une oeuvre d'art est son intérêt, sa raison d'être. Pour le Taj Mahal l'usage est simple, il s'agit d'une tombe, tout simplement. L'usage de l'oeuvre est donc d'offrir une dernière sépulture la plus jolie possible à une femme et, plus tard, à son mari. De nos jours l'usage a grandement changé puisque le Taj Mahal est devenu un site touristique, on peut donc dire que le Taj Mahal sert à faire connaître l'Inde et plus particulièrement l'art indien.

Il ne reste plus qu'à donner une opinion personnelle du Taj Mahal. Là, c'est plus difficile de proposer puisque ça dépend de la façon dont l'élève le perçoit. Le trouve t-il beau ? Bien proportionné ? Grand ? C'est la partie la plus personnelle, donc c'est une partie qui doit être faite entièrement par l'élève.

Voilà, c'était quelques pistes pour faire un devoir d'histoire de l'art de niveau primaire, ou plus précisémentdu niveau cycle 2 car le cycle 1 n'est pas vraiment le bon âge pour faire de l'histoire de l'art, c'est plutôt une initiation qui leurs est proposée.



Que doit contenir un devoir en histoire de l'art ?

La mise en oeuvre de l’enseignement de l’histoire des arts s’appuie sur trois éléments de l’enseignement de l’histoire des arts :

  • Périodes historiques
  • Domaines artistiques
  • Listes de thématiques

Il faut donc retrouver les réponses à ses 3 éléments dans les devoirs d'histoire de l'art. De plus les oeuvres sont analysées à partir de quatre critères au moins : formes, techniques, significations, usages. C'est à travers ces quatre critères que nous allons étudier le Taj Mahal.


Analyse des formes

Ce critère consiste à étudier les catégories, les types, les genres, les styles artistiques, la structure ou la composition. C'est un critère assez important pour le Taj Mahal car sa forme générale tout comme la forme de ses composantes est très associée à son environnement géographique et historique, beaucoup plus que ce n'est le cas pour la tour Eiffel par exemple.

Analyse des techniques

Ce deuxième critère permet l'étude des matériaux, des matériels, des outils, des supports, des instruments, mais aussi des méthodes et des techniques corporelles, gestuelles, instrumentales. En ce qui concerne le Taj Mahal cette partie n'est pas forcément celle qui prend le plus de place tout simplement car il y a de grandes lacunes dans nos connaissances sur la façon dont le monument a été construit.

Analyse des significations

Troisième critère dans la description d'une oeuvre, il approche les messages (émis, reçus, ou interprétés), les sens (usuel, général, particulier, les variations des sens dans le temps et l’espace), le code, le signe (signifiant / signifié), la réception, l’interprétation, le décodage et le décryptage. C'est un critère qui mettra en avant la symbolique du Taj Mahal, bien sûr.

Analyse des usages

Ce dernier critère conduit à étudier la fonction, l’emploi, les catégories de destinataires et d’utilisateurs, la destination, l’utilisation, la transformation, les rejets, ou les détournements de l'oeuvre. Si cette partie est très importante, elle n'a pas besoin d'un développement particulièrement long en ce qui concerne le Taj Mahal, dont la fonction est simple et la trajectoire historique rectiligne.

Enfin, il est important de donner son ressenti sur l'oeuvre, ce qu'elle évoque pour soi. Cette partie étant purement subjective, elle ne peut être développée ici, et pourtant il y a quand même un court texte donnant mon propre ressenti sur le monument.


Exemple de devoir sur le Taj Mahal, en histoire de l'art

Mais avant tout, il faut commencer par une courte description de l'oeuvre et de son contexte qui servira d'introduction. Dans le cas du Taj Mahal on ne peut pas y inclure d'informations sur l'artiste car le monument est réputé avoir eu plusieurs architectes, même si Ustad Ahmad Lahauri est le nom associé au constructeur de l'édifice. Par contre on peut beaucoup plus facilement parler de celui qui est à l'initiative de la construction, l'empereur moghol Shah Jahan, ainsi que de la raison pour laquelle il l'a fait construire.

Introduction

Le Taj Mahal est un complexe de plusieurs jardins et bâtiments ceints par une muraille. Il se trouve dans la ville d'Agra, en Inde, une ville située à moins de 200kms de la capitale New Delhi, au Sud-Ouest. Agra est dans la province d'Uttar Pradesh. Dans la ville le Taj Mahal se trouve à quelques kilomètres à l'Est du centre ville, dans une banlieue à l'urbanisme anarchique et dense qui touche le monument par le Sud. La rivière locale, la Yamuna, passe au Nord du complexe.

Le complexe est constitué d'un grand rectangle orienté Nord-Sud, avec l'entrée principale côté Sud. Il est divisé en trois parties. Au Sud, la cour intérieure, au centre, les jardins, au Nord, le tombeau et ses annexes. La cour est bordée de 4 jardins et de 4 anciens mausolées, deux abritant les tombes des deux premières épouses de Shah Jahan, deux abritant le personnel de cérémonie et le matériel. De nos jours, c'est là que se trouve le bureau touristique du Taj Mahal. Cette cour est séparée des jardins par le Darwaza-i rauza, une porte gigantesque très bien décorée. Il s'agit d'un passage symbolique, celui de la vie terrestre (la cour) à la vie spirituelle (les jardins). Cest derniers sont en effet une représentation du Paradis, c'est pourquoi ils sont si nets, si parfait, encore que ceci est à relativiser puisqu'à la construction les jardins étaient constitués de beaucoup de végétation non structurées comme des arbres fruitiers éparpillés un peu partout. La grande rigueur des pelouses est dûe aux anglais qui importèrent leurs jardins à l'anglaise au Taj Mahal. Mais initialement les jardins étaient tout de même bien réguliers. Enfin au Nord se trouve le mausolée, la mosquée et le pavillon des invités, qui n'a pas d'autre raison d'être que d'assurer la symétrie sur cette grande terasse.

Le Taj Mahal a été construit pour accueillir la tombe de Mumtaz Mahal, 3e épouse de l'empereur moghol Shah Jahan pour laquelle il avait, parait-il, un grand amour. A son décès le souverain ordonna la construction du plus beau mausolée que l'on puisse faire pour que son épouse puisse y passer l'éternité, c'est l'origine de la construction du Taj Mahal. Mais cette raison est assez succinte, aussi voici plus d'éléments concernant le contexte historique et religieux de l'époque.


Comment s'inscrit-il dans les oeuvres de son époque ?

Shah Jahan était le 5e empereur moghol, une dynastie créé par Bâbur au XVe siècle. Bâbur était un descendant de Tamerlan, qui conquit au XVe siècle un large territoire sur l'Asie occidentale et orientale, mais dont l'empire ne s'est effondré qu'au XIXe siècle. C'est lui qui prit Kaboul, puis, plus tard, Lahore, formant les débuts d'un empire qui règnera sur tout le Nord de l'Inde, puis sur un territoire allant de la Perse à la Birmanie, jusqu'au Sud de l'Inde. De religion musulmane, les différents empereurs importèrent leurs modes de vie auprès des populations disparates dont ils conquirent les territoires, mais l'inverse fut vrai aussi, la plupart des empereurs introduisant dans leurs coutumes des éléments du mode de vie des autochtones. C'est particulièrement vrai pour l'architecture, un art porté par plusieurs des premiers empereurs. Si les deux premiers empereurs, Bâbur et Humâyûn ne firent que conquérir un territoire de plus en plus large, ses 4 successeurs, respectivement Akbar, Jahangir, Shah Jahan et Aurangzeb développèrent l'architecture en mélant de plus en plus finement les caractéristiques de l'art islamique, socle de départ de leurs cultures, l'art perse, dont ils étaient très proches géographiquement et géopolitiquement, et l'art hindou, dont ils dirigeaient les populations. C'est ce mélange de 3 influences qui donnèrent des bâtiments de plus en plus complexes, de plus en plus beaux, de mieux en mieux proportionnés, jusqu'à arriver à ce chef d'oeuvre qu'est le Taj Mahal.

Il existe un grand nombre de bâtiments de style islamo-perso-hindou en Inde. Ils furent construits à l'attention exclusive des empereurs, de leurs familles proches, de grands serviteurs du pays ou de personnalités considérées comme des Saints. Le peuple, quel que soit leur religion, ne pouvait pas prétendre à un tel tombeau, même si le décédé était riche.

La tombe d'Humayun

La tombe d'Humayun

Le premier bâtiment d'envergure de ce style fut le tombeau Humâyûn. Bâti à Delhi, à proximité du sanctuaire d'un saint musulman important, Nizamuddin Auliya, il est connu sous le nom de Purana Qila. Il s'agit d'une grande structure en forme de dôme sur un octogone Baghdadi, qui est un octogone avec quatre côtés alternants les côtés longs et courts. Il est construit en grès rouge et orné de garnitures en marbre blanc. Le suivant est le Sikandra, le tombeau de Jahângîr, qu'il fit construire de façon similaire au Taj Mahal mais sans le dôme. Cet oubli était volontaire, il s'agissait de permettre à l'âme du défunt de monter au ciel. C'est l'équivalent des "Trous de la Pentecôte" des cathédrales chrétiennes. D'autres monuments de ce style existent et sont visitables de nos jours, par exemple le tombeau de Nur Jahan. Il était le ministre des finances de Shah Jahan et fut un proche de l'empereur Jahangir. C'est cette proximité qui lui valut son tombeau de style royal, recouvert de marbre blanc, un matériau noble dont seule la famille royal pouvait disposer. On peut citer aussi les tombeaux des saints Moinuddin Chishti à Ajmer et celui de Nizamuddin Auliya à Delhi qui ont aussi été faites de marbre blanc.

Vous avez plus d'informations sur le Contexte historique de la construction du Taj Mahal sur cette page.


Analyse des formes

Disserter sur la forme du Taj Mahal est une hérésie car le Taj Mahal est un complexe de plusieurs bâtiments, on ne peut donc pas parler de formes au sens littéral mais plutôt au sens figuré, à moins de parler uniquement du mausolée. Or, comme c'est le mausolée qui est le plus connu, il est possible de proposer un mélange des deux, avec une première partie sur le style architectural général et l'autre sur le mausolée. Mais il faut commencer par dire que le Taj Mahal est une oeuvre d'art dans le domaine de l'architecture, ça va de soi.

Comme nous l'avons vu en introduction, le Taj Mahal est un ensemble de 3 parties. La première une cour, des jardins et deux mausolées, ils représentent la vie terrestre, la seconde est composée des jardins, représentant la vie dans l'au-delà, et la troisième correspond aux éléments les plus sacrées, le mausolée, la mosquée et le pavillon des invités, qui n'est que le pendant de la mosquée, construit uniquement pour la symétrie. La séparation entre la cour et les jardins se fait par un mur contre lequel se trouve un passage abrité et une porte monumentale, le Darwaza-i rauza. Enfin les murs d'enceinte comprennent, de part et d'autre des jardins, de divers petits bâtiments dont celui à l'Ouest qui héberge un petit musée.


L'influence islamique

Fleurs gravées dans le marbre

Fleurs gravées dans le marbre

Tous ces bâtiments ont un style architectural islamo-perso-hindou dont les influences se font jour à la simple vue d'un de ces éléments. Commençons par le style islamique que l'on trouve avant tout dans les inscriptions calligraphiées sur les murs de la porte d'accès aux jardins et surtout sur les murs du mausolée. Ces inscriptions sont gravées en marbre noir dans le marbre blanc et correspondent à l'écriture arabe. Le texte est une reprise de versets du Coran appelant les fidèles à craindre Allah et les appelant à être pieux. L'analyse des signifiants, ci-dessous, donne plus d'informations à ce sujet. Le style musulman se trouve aussi dans les décorations car celles-ci sont essentiellement islamiques, il n'a a quasiment pas de décoration hindou ou perse sur le Taj Mahal (à l'exception notable de la présence de fleurs typiquement extrême-orientales comme le lotus, mais dans ce cas il s'agit plutôt d'une influence de la culture asiatique sur la décoration que la mise en place de véritables décorations asiatiques sur le monument). La décoration est à base de fleurs (pour beaucoup), de plantes (un peu moins) et de motifs géométriques (assez peu). Ces trois thèmes sont les seuls de la décorations, il n'y a pas d'animaux par exemple. Il faut bien comprendre que l'Islam est née dans des régions arides du Monde. Les premiers musulmans n'avaient que peu de plantes autour d'eux, et celui qui avait la chance d'avoir un jardin pouvait légitimement se sentir mieux loti que les autres. C'était d'ailleurs devenu la marque des puissants, cette capacité d'avoir un jardin. Les premiers musulmans considéraient donc les plantes comme un bienfait important et y accordaient une grande importance, dans leurs vies. C'est donc totu naturellement que l'on trouve des plantes en décoration d'un monument islamique, et encore plus logique que se soit des fleurs, un végétal nutritivement inutile et donc marquant encore plus la puissance de celui qui en dispose, puisque si celui-ci peut se permette d'avoir des fleurs, c'est qu'il a un jardin suffisament important pour avoir des plantes nutritives.

Les plantes sont donc vues par les musulmans, du moins à l'époque de la construction du Taj Mahal, comme un luxe, encore plus si il s'agit de fleurs, ça explique leurs présences en grand nombre sur le Taj Mahal. Quand aux motifs géométriques, c'est aussi une caractéristique de l'art musulman. La représentation du prophète étant interdite, l'art musulman s'est naturellement détourné du réalisme des visages pour s'approcher de l'abstrait. Dans les mosquées les mêmes motifs géométriques sont souvent répétés à l'infini, c'est une façon de montrer qu'Allah est présent en tout point du Monde, là où les chrétiens centrent la représentation de Dieu sur un élément particulier des églises, par exemple sous la forme de rosaces, ou de croix dans le choeur.

Mis à part dans la décoration, l'influence de l'islam se présente aussi dans l'architecture générale du monument. Par exemple, le mausolée est entouré de 4 minarets que l'on retrouvent dans toutes les mosquées d'importance, de la grande mosquée de la Mecque à la mosquée bleue d'Istambul. Et puis, la simple présence d'une mosquée à la droite du mausolée est la preuve directe de l'influence musulmane au Taj Mahal.


L'influence perse

L'influence perse se trouve essentiellement dans la forme générale des bâtiments. C'est à elle que l'on doit cet octogone utilisé en tant que plan du mausolée, un octogone régulier avec 4 côtés plus petits que les autres. L'intérieur du mausolée est fait d'une grande pièce centrale, octogonale aussi, une pièce flanquée de 4 autres pièces plus petites, toutes aussi octogonales. C'est un style typiquement perse importé par les premiers empereurs moghols. L'élément le plus emblématique de l'art perse est probablement le dôme, en forme de bulbe, un style que l'on ne trouve que dans cette région du Monde et qui est né du côté de l'actuel Iran, berceau de la civilisation perse.

Un iwan du mausolée

Un iwan du mausolée

Il y a, dans la cour intérieure, d'autres bâtiments avec un dôme similaire, ils sont aussi d'influence perse. Mis à part le dôme, le second élément vraiment caractéristique de la civilisation perse est la présence d'iwans. Un iwan est le nom donné aux porches larges, hauts et peu profonds qui s'étirent en ogive vers le ciel. Il y en a beaucoup au Taj Mahal, les 8 principaux étant sur les 4 faces principales du mausolée et sur les 4 faces du portail d'accès aux jardins. Mais chacune de ces faces en a aussi 4 iwans secondaires, et chacune petits côtés de l'octogone en contient également deux, ce qui en fait, pour le mausolée, 28 au total, et pour le portail, 20 (car c'est un carré, il n'a pas de petits côtés). Un iwan est plus qu'un passage, c'est un passage symbolique vers un lieu sacré, souvent une mosquée. La forme en ogive indique une volonté du passant de s'élever spirituellement vers le Ciel. On peut faire une comparaison similaire avec le style chrétien gothique flamboyant, composée d'entrelacs en ogive dont le but est de marquer l'élévation du chrétien vers le ciel.

On le voit, l'influence perse est donc assez présente au Taj Mahal. D'ailleurs un simple coup d'oeil à des bâtiments d'Iran, d'Ouzbekistan ou au Turkménistan montre des similitudes importantes avec le Taj Mahal, qui est pourtant de nos jours dans une tout autre influence artistique.


L'infuence hindou

L'influence hindou est plus discrète par rapport à la perse. Il faut dire qu'au moment de sa construction, au XVIIe siècle, l'Inde du Nord était sous la direction des moghols, une dynastie islamique qui ont conquit des territoires peuplés de civilisations différentes, dont des peuples hindouïstes. L'art hindouïste s'est donc introduit dans l'art moghol, mais avec moins de présence.

Les arcades et les dômes secondaires hindous

Les arcades et les dômes secondaires hindous

On trouve cet influence dans divers éléments architecturaux, comme l'enceinte du complexe, qui est un haut mur crenellé. Le crenellage se trouve aussi sur le toit du bâtiment accueillant le musée, côté Ouest des jardins. Un autre élément important, ce sont les dômes annexes, situés sur les toits. Ils sont destinés à mettre en avant le dôme principal ou au contraire servent de dômes principaux, mais le style est typiquement hindou. Il s'agit d'une demi-sphère inversée tenue à hauteur d'homme par des colonnes, ce qui fait une sorte de kiosque. Le mausolée en a 4, de part et d'autre du dôme principal. Ces petits dômes sont très présents sur le portail d'accès aux jardins, il y en a 4 (un par angle), mais aussi deux rangées, côte à côte, ce qui forme une sorte de galeries.

Une autre influence hindou se trouve dans les arcades. Le mur de séparation entre la cour intérieure et les jardins est longés d'arcades dont le style est franchement hindou. D'ailleurs du XVIIe siècle au début du XXe ces arcades servaient à abriter des vendeurs miséreux, car la cour intérieure abritait des infrastructures d'aide aux plus pauvres.


Autres infuences

Les styles hindous, perses et islamiques sont les trois grands styles du Taj Mahal, mais il y en a un 4e, moins connu mais qui a de nos jours une grande influence sur l'aspect général du complexe : Le style anglais. En effet, les anglais ont colonisé l'Inde pendant à peu près un siècle, et lorsqu'ils ont administré le Taj Mahal, les jardins étaient dans l'état originel, à savoir ordonnés, mais faits de beaucoup d'arbres, d'arbustes, et de diverses plantes. Les anglais importèrent leurs modes de vie et rasèrent une grande partie du jardin pour le transformer en jardin à l'anglaise, c'est à dire avec des pelouses rases et parfaitement entretenues, avec très peu de plantes. C'est de cette époque que date les jardins tels que nous les connaissons de nos jours, mais auparavant ils étaient beaucoup plus "fouillis".

A noter que l'Etat indien n'a jamais remis les jardins dans le style initial, il a préféré conserver les jardins à l'anglaise hérité de son histoire.

Ainsi s'achève la description du Taj Mahal. Pour en savoir plus, vous pouvez voir la page sur sa description.


Analyse des techniques

La construction du Taj Mahal a nécessité de grandes compétences dans de nombreux domaines, mais il n'est pas évident de trouver parmi les documents historiques des éléments sur sa construction, spécialement. Déjà il faut savoir que le Taj Mahal n'a pas été construit par un homme particulier. Seul le commanditaire est parfaitement connu, c'est Shah Jahan, le 5e empereur moghol qui vécut au XVIIe siècle. C'est pour sa 3e épouse, Mumtaz Mahal, qu'il fit édifier ce splendide mausolée, mais il n'a pas mandaté un architecte particulier. au contraire, on sait qu'il y en a eu plusieurs qui ont oeuvré sur le monument. Par contre, un nom ressort parmi les autres, et c'est souvent lui que l'on cite, oubliant les autres : Ustad Ahmad Lahauri.

Les ouvriers sont encore plus inconnus bien sûr. On sait qu'ils ont été 20 000 à travailler sur le chantier, et qu'il y a eu de nombreux corps de métier. La construction a duré de 1631 à 1653, mais les cinq dernières années ont été consacré à l'aménagement des jardins, ce qui signifie que sur les 22 ans, 17 seulement ont été utilisé pour la construction des bâtiments. Il semble bien que se soit très peu si on considère que les ouvriers n'avaient pas à leurs dispositions les mêmes outils dont nous disposons à présent.

Quand on regarde simplement la porte d'entrée aux jardins et le mausolée, on constate qu'ils ne sont pas faits de la même matière. L'un est en grès rouge, l'autre en marbre. Et pourtant ce n'est qu'une impression car tous les bâtiments du complexe du Taj Mahal sont en grés rouge. Le grés, c'est une pierre faite de sable agglomérée. Elle peut être friable, mais en fonction de la pression qu'elle a subit au fils du temps il peut s'agir, comme c'est le cas ici, d'une pierre extrèmement dure. La couleur rouge est naturelle, énormément de bâtiments du Nord de l'Inde ont cette couleur. Les décorations sur les murs sont faites, le plus souvent, en marbre blanc, une couleur considérée comme pure et donc naturellement associée aux empereurs. S'agissant du mausolée, le lieu le plus sacré du complexe, il a été décidé de le recouvrir entièrement de marbre blanc, du sol au sommet du dôme, et c'est cette couverture qui lui donne sa couleur. Le mausolée du Taj Mahal n'est donc pas en marbre, il en est seulement recouvert. D'ailleurs ça se voit bien lorsqu'on regarde de près les murs, on constate qu'ils sont fait d'une multitude de plaques carrées. Le jointement de ces plaques est précis, le travail est d'une grande qualité.

Si le montage des murs et des toits des différents bâtiments n'a pas fait appel à des techniques particulières, la pose du dôme fut plus complexe. C'est d'ailleurs un des savoir-faire des artisans moghols que d'être capable de créer un tel dôme bulbeux (en forme de bulbe), bien proportionné et lui aussi recouvert de plaques de marbre. Il semble, sans qu'on en soit sûr, que le dôme ait été construit sur un patron fait d'une matière indéterminée, directement sur place puisqu'à l'époque les ouvriers ne disposaient pas de matériel de levage. Comme on peut s'y attendre, il est creux et dispose d'un double plafond, à l'intérieur. Le plafond principal est celui que l'on voit de l'intérieur, mais il y en a un deuxième qui épouse, bien plus haut, la forme du dôme lui-même. A noter que l'intérieur du dôme est en forme de cloche, c'est à dire qu'il ne suit pas les contours extérieurs du bulbe, et ça pour assurer plus de solidité. Sinon, le dôme aurait pu s'écraser sur lui-même.

Un autre élément important faisant appel à une technique particulière, ce sont les 4 minarets qui entourent le mausolée. Si on les regarde attentivement on constatera qu'ils sont légèrement penchés vers l'extérieur. Ce n'est pas un anomalie de construction mais une technique voulue par les architectes pour le cas - improbable - d'un tremblement de terre qui viendrait mettre à bas les minarets. Ainsi penchés, ils tomberont loin du mausolée au lieu de s'effondrer dessus.


Le cas des décorations

Plus que les techniques de construction elles-mêmes, c'est sans doute la fabrication des décorations qui a demandé le plus de technicité aux ouvriers. Il y a trois types de décorations sur le Taj Mahal : Des peintures, des sculptures en bas relief et des incrustations en pietra dura.

Les peintures sont rares, on les trouve plutôt dans la mosquée ou le pavillon des invités. Elles sont très travaillés, mais assez simple et il y a finalement peu à dire à leurs sujets.

Les sculptures sont plus intéressantes. Elles sont faites en bas relief, c'est à dire que le relief sort peu du support. Si elles ressortaient beaucoup (jusqu'à sembler surgir du support), on parlerait de haut relief, mais ce n'est pas le cas ici. Les bas reliefs représentent exclusivement des plantes ou des fleurs et elles sont gravées dans le marbre blanc. Ces plaques sont disposées à l'extérieur du mausolée, à l'intérieur également, et sur la partie basse des murs. Il y en a une quantité impressionante. La technique de création de ces bas relief est la même que celle utilisé en Europe, à savoir l'utilisation d'un bloc de marbre que l'artisan va marteller patiemment jusqu'à retirer suffisament de matière sur les côtés du bloc. Puis, plus il avance dans son travail, plus la matière retirée est précise jusqu'à n'avoir que le décor voulu. Ensuite la plaque est polie. Polir le marbre n'est pas très complexe à faire, ça demande un peu de temps, c'est tout.

Pietra dura du Taj Mahal

Pietra dura du Taj Mahal

A noter une exception dans la sculpture du marbre : La balustrade de la salle centrale, dans le mausolée, qui est entièrement en marbre. Les décors sont des végétaux qui ont été gravés à partir de grandes plaques extrudées peu à peu jusqu'à former une dentelle de pierre. une fois terminée l'ensemble a été poli pour former le chef d'oeuvre que l'on peut voir de nos jours.

Enfin les décorations les plus intéressantes sont peu être les incrustations en pietra dura. La pietra dura, c'est une technique inventée par les florentins au XVIe siècle et dont la ville italienne s'était fait une spécialité. Il s'agit de marqueterie lapidaire, c'est à dire qu'elle consiste à incruster dans une plaque de pierre des pièces faites également en pierre, mais de couleurs différentes, pour représenter un décor. Le travail nécessite une très grande précision, bien sûr. Il y a énormément de pitra dura au Taj Mahal, surtout dans le mausolée, mais pas seulement. Ils ont été faits par des artisans italiens venus spécialement travailler sur place.

La technique est assez simple, quoi qu'elle demande du temps. Elle consiste à faire un dessin de ce à quoi on veut aboutir, puis de tailler les pierres de couleur à la forme des pièces. Il faut que la profondeur de toutes les pièces soient uniformes, ce qui est assez complexe à faire. une fois toutes les pièces faites, il faut ensuite extruder la plaque servant de support selon les formes de chaque pièce, qui doivent s'insérer parfaitement. Enfin quand tout est en place, l'artisan va polir la plaque terminée pour la rendre lisse et brillante. Ce travail, long, a été répété un très grand nombre de fois sur le Taj Mahal.

Vous avez plus d'informations sur les décorations du Taj Mahal sur cette page.


Analyse des significations

L'analyse des significations est, avec l'analyse des usages, la partie la moins étoffée de ce dossier car il y a somme toute assez peu à dire. Le Taj Mahal est un mausolée, c'est donc une tombe. On y trouve les caractéristiques symboliques de la tombe d'un empereur moghol du XVIIe siècle - même si elle a été construite uniquement pour sa 3e épouse - c'est à dire qu'elle contient essentiellement des éléments expliquant le passage entre la vie terrestre et la vie dans l'au-delà. Ce passage est symbolisé essentiellement dans la structure du Taj Mahal : La première partie, correspondant à l'entrée, est une sorte d'antichambre entre le monde réel, celui de l'extérieur, et le monde divin, symbolisé par les jardins. Le Darwaza-i rauza en est la porte de communication, c'est ce grand bâtiment carré qui fait face au mausolée. La cour intérieur, que l'on appelle "jilaukhana", contient les tombes des deux premières épouses de Shah Jahan. Le fait qu'il les ai placé là indique une volonté de sa part de différencier ses 3 premières épouses : Les deux premières, avec qui il avait des contacts froids, ne sont pas au Paradis mais dans cet antichambre , entre deux mondes.


Le Paradis symbolisé par le jardin

Une fois le Darwaza-i rauza passé s'ouvre le Paradis, symbolisé par les jardins. Comme on l'a vu plus haut un jardin, pour les musulmans, est vu comme une source de richesse puisqu'il apporte la nourriture nécessaire à l'homme. Etant considéré comme bienfaisant, il a naturellement été associé au positif, puis, par exagération, au divin. Mais le symbole le plus fort en ce qui concerne les jardins est leurs exactes symétries. L'ordre, la rigueur, la précision sont associés à des qualités divines et c'est la raison pour laquelle les jardins moghols sont si ordonnés. En tant que tombe suprême le Taj Mahal se doit d'être le plus ordonné possible, bien sûr. La présence d'arbres fruitiers est un symbole d'abondance, mais c'est celle des fleurs qui est la plus importantes car avoir des fleurs dans un jardin est un luxe, puisqu'elles prennent une partie des terres cultivables à des fins autres que nutritives.

Les jardins sont coupés par 4 canaux qui se joignent au centre dans une fontaine, le Al Hawd al-Kawthar. Les 4 canaux sont des représentations des 4 rivières du Paradis dont parle le Coran. Il y a ici 4 canaux, 4 secteurs de pelouses divisés en 4 sous-secteurs, le mausolée à 4 minarets, 4 dômes secondaires, etc. Le chiffre 4 est donc très présent au Taj Mahal. Le Al Hawd al-Kawthar signifie littéralement "Citerne de l'abondance". Elle est ici pour étancher la soif des de ceux qui arrivent au Paradis.


Les éléments montant au ciel

Il existe au Taj Mahal plusieurs éléments architecturaux symbolisant la montée au Ciel . Le plus évident est peut-être le dôme bulbeux du mausolée, qui est une flèche pointée vers le ciel. A noter que le sommet du dôme est composé d'une fleur de lotus, symbole de pureté. Sinon les iwans ont exactement la même fonction : Leurs formes d'ogive indiquent la montée au Ciel de ceux qui les franchissent.


Les versets du Coran

Les incrustations que l'on voit sur les 4 faces principales du mausolée et celles de la porte des jardins sont des versets du Coran. Si les versets incrustés dans la porte appelle le croyant à respecter les règles de l'Islam, ceux sur le mausolée sont beaucoup plus directif et menace de façon claire tous ceux qui ne respectent pas ces règles et les menacent d'être exclus du Paradis.


Symbole du Taj Mahal de nos jours

De nos jours la signification du Taj Mahal a évolué puisqu'il s'agit d'un symbole de l'amour. Le Taj Mahal représente l'amour parfait, fusionnel, celui que se porte un couple au sommet de leurs relations. Ce symbole vient du fait que ce mausolée a été construit par l'empereur Shah Jahan pour son épouse Mumtaz Mahal, et que cette dernière a eut droit à une tombe à la hauteur de l'amour qu'il lui portait. Quand on voit le résultat, on imagine aisément la force de cet amour, et par ricochet, le Taj Mahal est devenu synonime de grand amour.


Analyse des usages

A quoi peut bien servir le Taj Mahal ? La réponse à cette question est simple et trouve plusieurs réponses. Tout dépend de l'époque à laquelle on se place. Le but du Taj Mahal, celui qui a provoqué sa construction, était funéraire. C'est tout simplement une tombe. Certes, une belle tombe, une tombe d'impératrice, mais une simple tombe. Il n'a été construit que pour accueillir le corps de Mumtaz Mahal, 3e épouse de l'empereur moghols Shah Jahan. Le temps de la construction le corps était resté sur le lieu de décés, enterré provisoirement. La destination du Taj Mahal changea une première fois à la mort de Shah Jahan. Le fils de ce dernier choisit ce tombeau pour inhumer son père aux côtés de son épouse favorite, alors qu'il n'avait pas été conçu pour ça initialement. La preuve en est la disposition des cénotaphes dans la pièce principale du mausolée, qui correspond exactement à la position des tombes réelles, juste en-dessous, dans la crypte : Le cénotaphe de Mumtaz Mahal est au centre de la pièce alors que celui de Shah Jahan a été ajouté à ses côtés, il est donc légèrement sur le côté.

Les cénotaphes

Les cénotaphes

Le caractère sacré du site ne fut pas troublé pendant des années jusqu'à la colonisation britannique des Indes, au milieu du XIXe siècle. Pendant tout ce temps le monument resta une tombe peu accessible, seuls quelques personnes autorisées pouvant y travailler. Lorsque les anglais se mirent à administrer les Indes le Taj Mahal devint une vitrine de l'art "indien" (ce qui était faux, comme dit plus haut). Les pelouses furent retravaillées pour correspondre à l'idée que se faisaient les anglais d'un jardin (d'où les pelouses impeccables qui existent toujours de nos jours) et le site tout entier fut volontiers plus ouvert, perdant de son côté sacré. Visiblement, il semble que la mosquée fut continuellement en activité pendant la domination anglaise. Le Taj Mahal était devenu un symbole de la présence anglaise aux colonies, comme on disait à l'époque.

Depuis la décolonisation de l'Inde et la création de la république, le Taj Mahal a été réapproprié par les indiens, mais ils l'ont transformé à juste titre en site touristique, l'histoire ayant légué cette tombe qui perd au fil du temps son caractère sacré. L'usage du Taj Mahal est donc touristique à présent.


Les destinataires

Si l'on se pose la question des destinataires et des utilisateurs du Taj Mahal on retombe dans les mêmes cas que ceux vus précédemment : D'un point de vue personnel, le Taj Mahal est utilisée par un couple moghol, mais le principal public visé est la masse de visiteurs de l'Inde qui viennent exprès à Agra voir le monument, sachant que si il n'y avait pas été ils ne seraient probablement pas venus, Agra n'étant pas une destination spécialement touristique. A noter que le Taj Mahal est considéré par l'ensemble des civilisations comme une merveille du Monde, c'est à dire qu'il ne s'adresse pas à un peuple particulier. Ce monument est connu aussi bien des asiatiques que des occidentaux, des civilisations du Moyen-Orient que des peuples de l'Amérique du Sud, etc. Il s'agit dans tout les cas d'un symbole d'amour, pour tous.


Sentiments personnels

Difficile de donner des lignes directrices pour l'étude de ce monument lorsqu'il s'agit de donner son sentiment personnel face à ce monument, tout simplement parce que si il est personnel, le sentiment ne peut être reproduit tel quel pour d'autres. Toutefois qu'il me soit permit d'écrire ici les impressions qui ressortent de l'étude du monument.

Le Taj Mahal est somptueux, ce mot semble être celui qui convient car il donne à la fois une description physique et une impression de force qui lui va bien. Dans ce mot il y a une grandeur, une beauté et de la puissance, et c'est bien ce qui ressort de l'étude de ce monument. Le monde entier connait le mausolée, mais peu se sont intéressés aux décorations intérieures, à la pietra dura qui est une technique d'incrustation complexe et que l'on trouve pourtant absolument partout sur le mausolée, et même sur d'autres éléments du complexe. C'est probablement cette décoration qui est la plus surprenante par sa qualité d'exécution et le temps de travail qu'il a fallut. Même les bas-reliefs parraissent ternes, avec peu d'intérêt alors que pris seul, chacun d'eux peut être vu comme un véritable chef d'oeuvre de la gravure.

Le Taj Mahal vu du côté Nord

Le Taj Mahal vu du côté Nord

La force du mausolée s'exprime aussi par son emplacement. Les bâtiments de style moghol sont quasiment tous disposés de la même manière, parfaitement centré sur les jardins. Ici ce n'est pas le cas, la partie la plus sacrée étant au Nord du complexe. Cette disposition novatrice est une pleine réussite dans la mesure où ça permet aux visiteurs d'avoir une belle perspective qui magnifie le monument, là où les autres monuments de ce type paraissent plus proches, ont moins de recul.

Le site est aussi un havre de paix. Placé en bord de ville, dans une zone à l'habitat très dense, il semble offrir aux visiteurs un calme impressionnant qui renforce le sentiment d'être dans un lieu sacré. Ceux qui en sont revenus, et j'ai la chance d'en avoir côtoyé, m'ont confirmé ce sentiment, et ça malgré la foule de touristes qui se pressent dans les jardins ou à l'intérieur du mausolée.

Calme et force sont pour moi les deux caractéristiques principales du Taj Mahal. Sa beauté semble sans égal dans le Monde, ça le met tout simplement parmi les oeuvres architecturales les plus belles au Monde. Malgré le temps passé sur ce monument je n'ai guère trouvé de points négatifs à mettre en avant. C'est ça doute un manque de sens critique, mais ça peut aussi être le monument qui impressionne, seul, celui qui s'y intéresse.


Voir aussi :

. Description du Taj Mahal.

. Anecdotes sur le Taj Mahal.







Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes.