Bâbur


Bâbur

Bâbur

Biographie

Bâbur est le premier empereur moghol, fondateur de la dynastie qui règnera du XVIe siècle au XIXe siècle sur le Nord de l'Inde. C'est son arrière-arrière-arrière petit-fils qui construira le Taj Mahal. Son nom de naissance est Zahir ud-din Muhammad, Bâbur étant un surnom octroyé ultérieurement et signifiant "panthère". Il est né le 14 février 1483.

Il est un descendant direct de Tamerlan par son père. Tamerlan était un conquérant du XVe siècle ayant acquis un large territoire sur l'Asie occidentale et orientale. Il était connu pour sa capacité à massacrer les habitants des terres qu'ils occupaient, ce qui en fait un des plus grand assassins que la planète ai connu. Le père de Bâbur était Omar Sheikh Mirza, roi de Ferghana, une région actuellement en Ouzbékistan.

Sa mère était Kutlug Nigar Khanim, une descendante de Genghis Khan. Bâbur avait donc une ascendance remplie de guerriers, mais pourtant il était plutôt fin lettré. Il a reçu une éducation poussée, développant les arts comme la littérature. Sa langue était le tchagataï, une version orientalisée du turc, qu'il va utiliser pour écrire ses mémoires. Il était aussi un cavalier émérite, et un bon nageur.


Sa montée sur le trône

Son père Omar est mort le 8 juin 1494. A cette époque, dans ces régions, les règles de succession n'étaient pas établies de façon claires, c'est d'ailleurs les guerres de succession qui affaiblirent le futur empire moghol. Dès la mort d'Omar ses oncles tentèrent de monter sur le trône du Ferghana mais ils échouèrent, son fils Zahir ayant réussi à se l'octroyer. Il n'a alors que 12 ans. Il songe alors à élargir son royaume et vise Samarcande, une cité prospère ancienne capitale du royaume Timouride dont il estime avoir la légitimité. Ca sera sa première conquête, en 1497, mais pendant cette bataille les nobles de son royaume le destitue. Bâbur revient alors récupérer le Ferghana mais en cours de route ses troupes l'abandonnent, ce qui libère automatiquement Samarcande, perdue.

Ayant formé une petite armée il récupère son territoire du Ferghana mais en 1501 il en est à nouveau chassé par les Ouzbeks et leurs chefs de guerre Muhammad Shaybani. Seulement entouré de quelques dizaines de guerriers fidèles Bâbur va errer dans son royaume perdu jusqu'en 1504, année durant laquelle il parvient à Kaboul et s'empare de la ville. Or Kaboul était une ville riche, il se retrouve dont à la tête d'un royaume certe petit, mais prospère.

En 1510 son ennemi Muhammad Shaybani décède. Bâbur va alors revendiquer le Ferghana. Il va s'allier au turkmène pour obtenir une armée et fini par prendre à nouveau Samarcande en 1511, mais comme la fois précédente il en est chassé l'année suivante, défait par les Ouzbeks. Il rentre à Kaboul en 1514 sans être parvenu à ses fins.


La formation de l'empire moghol

Craignant les Ouzbeks, sur la façade Ouest de son royaume, il se tourne alors vers l'Est et sa région du Pendjab, une région autrefois membre de l'Empire Timouride. Région plutôt riche, son annexion serait une bonne source de revenus pour lui et elle lui ouvrirait les portes de l'Inde. Il envoya donc plusieurs troupes dans le Pendjab pour tenter de prendre Lahore, ce qu'il parvint à faire en 1523. Puis, la ville suivante, encore plus intéressante, est Delhi, mais celle-ci est dirigée par Lôdi, 3e sultan du sultanat de Delhi, un personnage détestable et détesté de tous, y compris de la noblesse locale, essentiellement des afghans. Bâbur saisi donc cette occasion et s'allie avec un chef rebelle du Pendjab, Alam Khan, qui lui fournit une armée de 12 000 hommes.

A la tête d'une telle armée Bâbur marche sur Delhi. Lôdi envoit une armée de 100 000 hommes et des éléphants de combat. Les deux forces se rejoignent à Pânipat le 21 avril 1526, date de la grande bataille fondatrice de l'Empire moghol. Les troupes de Lôdi sont défaites et Bâbur prend Delhi dans la foulée avec l'aide de son fils Humâyûn. Il se proclame alors empereur de l'Inde et poursuit sa route sur Agra, qu'ils conquièrent ensemble.

Bâbur fonde alors les bases d'un nouvel empire et commence à structurer son nouveau territoire, mais le premier ennemi arrive rapidement. Il s'agit de Rana Sangha, de la ville de Chittorgarh, dans le Rajasthan (à l'Ouest de l'Inde), qui fond sur Delhi en 1527. Une nouvelle bataille eut lieu le 10 mars de cette année à Kanwaha et, malgré le rapport de force déséquilibrée en faveur de Sangha, ce dernier perd la bataille. Le Rajasthan tombe alors dans l'escarcelle de Bâbur. Son fil Humâyûn poursuit la conquête de la vallée du Gange et pacifie la région.

A ce moment Bâbur est le maître du Nord de l'Inde, l'apogée de son règne. Il passe alors le plus clair de son temps à structurer son royaume, délaissant de nouvelles conquêtes hypothétiques. Il fonde sa capitale à Agra et désigne Humâyûn comme son successeur. Il meurt le 26 décembre 1530 et sera enterré à Kaboul.


Carte des conquêtes de Bâbur

Les conquêtes de Bâbur 1497 à 1527

Les conquêtes de Bâbur 1497 à 1527


Bâbur et la religion

Bâbur était issu d'une famille turc fortement persanisée. Sa religion était l'islam, une religion vieille de 900 ans qui s'était répandue dans toute la péninsule arabo-persique (vers l'Est) et l'Afrique du Nord (vers l'Ouest). Toutefois au Ferghana, la région d'origine de Bâbur, la religion n'était pas si importante que ça, comparé à ce qui se pratiquait dans d'autres royaumes. Bâbur fut un emperuer tolérant, il accepta sans problème que les populations qui vivaient sur ses territoires ne soient pas musulman. Il fut en ça un précurseur à la vision large. Ses descendants suivront d'ailleurs son exemple et ce fut une des raisons de la réussite de cet Empire par rapport aux autres. Il est intéressant de noter que c'est justement quand un des empereurs appliqua une vision rigoriste de l'islam que l'Empire commença à chuter.

Sous le règne de Bâbur les Sikhs, pas exemple, purent conserver leurs temples, alors que ceux-ci avaient été détruits un siècle plus tôt par son ancêtre Tamerlan.


Les influences

Le règne de Bâbur fut assez court, 4 ans seulement (1627-1630). Durant cette période il respecta les traditions locales et il introduisit dans le sous-continent indien différentes influences. Par exemple, en architecture, la tradition timouride veut que les terrains devant accueillir des constructions impériales soient divisés par des canaux et des bassins d’une grande rigueur symétrique, ce que l'on trouvera dans toutes les constructions de la dynastie. De tels jardins, que l’on nomme ici Charbagh, sont généralement en 4 parties, séparés par 4 canaux en croix. Ils sont une représentation du Paradis sur Terre, comme le veut la tradition musulmane.

Tombe de Bâbur

Tombe de Bâbur

Toutefois chez les Moghols du XVIe siècle cette dimension spirituelle, si elle est importante, est aussi considérée comme une métaphore visuelle de la capacité des Moghols à gouverner leurs territoires, l’ordonnancement parfaite des jardins devant prouver aux conquis leurs capacités à réguler les problèmes des populations. Selon cet aspect des choses, nul ne peut prétendre diriger s’il ne sait pas diriger son propre jardin.

En plus des influences musulmanes Bâbur intégra dans l'art des méthodes de travail artisanaux issus de l'Empire perse, mais c'est surtout l'influence hindou qui fut la plus importante dans l'adminsitration du territoire. Il faut dire que ce territoire était essentiellement hindou, même si il était assez petit, il est donc normal que les débuts de l'Empire moghol soit, artistiquement, architecturalement, un mélange de plusieurs cultures.


L'héritage de Bâbur

L'héritage de Bâbur est donc double.

On trouve tout d'abord un territoire nouveau, uniformisé. C'est le début de l'Empire moghol qui s'étend sur tout le Nord de l'Inde. Ce territoire sera repris et agrandit par son fils, Humâyûn. Mais au delà d'un simple territoire, c'est surtout une culture nouvelle qui a été mis en place par Bâbur, une culture faite d'un mélange d'influences islamiques et hindous. C'est sans doute cet héritage qui est le plus important puisque c'est lui qui structurera la lignée des empereurs moghols.




Voir aussi :

. Description du Taj Mahal

. Toutes les biographies





Copyright 2013 - 2017 - Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur. Ce site Internet est un site privé, non officiel, issu du travail de compilation des oeuvres de différents auteurs.

Autres sites Internet du même auteur dans d'autres domaines : Marguerite Duras, Les Pyrénées Catalanes.